édition 2020 - 2021 Lorient - Marseille - Madère - Martinique

Au coeur de la fête

Mille mercis à Madère et au Club navale do Funchal pour cette magnifique soirée des skippers ! Nappes blanches et guirlandes de lumières dressées sur la digue du port, du très bon jazz, un délicieux repas préparé sur place, un feu d’artifice et, au cœur de la fête, celui que tout le monde attendait : Damien Jenner, skipper du JPK 9.60 Mascarpone, ovationné et accueilli par l’ensemble des convives.

Quelle fête ! Tout a commencé par de très jolies démonstrations de danses folkloriques, suivies de la remise des prix et d’une émouvante rétrospective retraçant l’histoire de la Transquadra depuis sa création jusqu’à cette 10e édition.

Place ensuite à l’incroyable restaurant aménagé spécialement pour la course, sur la digue du port, entre mer et ciel, avec une vue imprenable sur Funchal… Splendide. Les excellents « Black and White » pour l’ambiance jazzy, le repas fait maison... Magique.

Et, entre le feu d’artifice et le dessert, Mico Bolo, interrompt un instant musique et danseurs pour annoncer que Damien Jenner, skipper de Mascarpone (contraint de s’arrêter à Baiona pour réparer un safran, puis pris dans des calmes depuis plusieurs jours) venait d’arriver à Quinta do Lorde, et qu’il serait là, avec nous, d’ici quelques minutes, le temps qu’une équipe des rouges le conduise à Funchal.

Damien est passé de 10 jours de solitude et, surtout, de 4 jours d’angoisse et de stress, pris dans les calmes, sans moteur opérationnel, avec des stocks de nourriture et d’eau qui diminuaient inexorablement… « et même plus de fraises Tagada ! », à une marée humaine venue l’entourer, le féliciter et le réconforter.
Éberlué, soulagé, Damien s’est laissé porter par cette chaleur humaine qui lui avait tant manqué ces derniers jours. Il lui faudra sans doute un peu de temps pour digérer toutes ces émotions…
Après avoir savouré une généreuse assiette madérienne, le solitaire est retourné à la pointe nord de l’île, toujours sous escorte des rouges, pour ranger son bateau. Sans transition, il est déjà dans l’avion, ce matin. 

Les danses ont ensuite repris de plus belle sous les étoiles de Funchal… Merci, d’ailleurs, beaucoup, aux enfants d’Hugues Ansart, skipper du Pogo 30 La Mer est Ronde d’avoir assuré l’ambiance musicale.

Puis vint l’heure des derniers au revoir… Rendez-vous en janvier !