édition 2014 - 2015

La transatlantique des amateurs de 40 ans

Lorient 16 Juillet 2017 Barcelone 12 Juillet 2017

madère martinique

actualité

Retour
14 Juillet 2017

C'est fou ce que certains Merci sont sincères...

Emouvant témoignage de Véronique et Etienne

Une drôle de rencontre pour la fête Nationale

 

« La journée d'hier était à oublier, notre option entre la terre et Ibiza n'était pas la bonne, nous avons passé la journée dans la pétole, dur pour les nerfs, mais heureusement, le soir, le vent est rentré. Nous avons eu a la VHF notre ami Eric sur Big Z pour discuter.

Vers minuit nous avons remis le spi, enfin nous retrouvions les allures portantes si favorables à l'Ofcet 32 et du portant nous attend jusqu'à Gibraltar puis Madeira.

 

Au petit matin, Véro aperçoit sur tribord un petit navire, avec un feu clignotant, et aux jumelles cela ressemble fort à un canot de sauvetage. Nous affalons le spi rapidement et faisons route vers lui. Très vite, nous distinguons des gilets de sauvetage et les personnes nous faire des signes de détresse.

Arrive ce que nous avions souvent évoqué pendant notre année sabbatique, au sujet de la conduite à tenir, en présence d'un bateau de réfugiés. Nous faisons plusieurs passages à coté d'eux, et nous déclenchons les secours aussitôt, en appelant les secours sur le canal 16 de la VHF. Nous sommes de suite en contact avec le centre d'Alicante, à qui nous transmettons toutes les infos : 18 réfugiés Algériens, depuis 4 ou 5 jours en mer, bateau en panne (d'essence?), nous demandant d'urgence de l'eau pour boire, certains n'étant pas apparemment en bonne santé.

Les secours s'organisent, et ils nous demandent de rester sur zone jusqu'à leur arrivée, prévue deux heures plus tard. Nous refaisons plusieurs passages près du bateau, et leur donnons eau, coca, céréales pour manger.

C'est fou ce que certains Merci sont sincères...

Ils avaient très peur que nous les abandonnions ainsi, ils voulaient vraiment que nous restions autour d'eux jusqu'à l'arrivée des secours.

A l'heure, le bateau espagnol arrive, et embarque les réfugiés, aussi préoccupés à nous dire merci qu'empressés de monter à bord. Rassurés de voir les naufragés tirés d'affaire, au moins pour l'instant, nous leur souhaitons bonne chance et reprenons la course, route au sud ouest.

 

Nous envoyons le grand spi (c'est bien, il nous fait de l'ombre, on crame moins au soleil), 16 à 18 nœuds de vent, à 8 nœuds de moyenne. Des dauphins viennent jouer avec l'étrave du bateau, c'est sur qu'ils ne sont pas venus nous voir hier, vu la vitesse que nous avions ! Tout cela permet au moins de relativiser les choses, et de se dire qu'il fait bon vivre chez nous (à Lorient comme à Barcelone) et au Portugal aussi !

 

La course reprend, le vent mollit un peu, il faut régler les voiles, au boulot !

Gosses bises à tous."

 

Etienne et Véro

 

commentaires
le reste de l’actualité